Tchat Sexe avec une Coquine

Femme sexy & nue en live

Femme mariée offerte à baiser dans un bar

Stéphanie est entrée dans le bar en se sentant un peu gênée. Elle a passé nerveusement sa main dans ses cheveux roux longs comme les épaules, tirant légèrement sur les boucles, et permettant aux boucles de revenir en arrière, plus lâches qu’avant. Cela faisait longtemps qu’elle n’était pas entrée seule dans un bar. Ça, et le fait qu’elle se sentait à la fois trop habillée et mal habillée. Elle portait la tenue qu’il, son mari Michael, lui avait préparée – sa robe noire et blanche à col en V. Elle savait qu’elle était bien sexy dans cette robe, mais elle n’a pas pu la porter. Elle savait qu’elle était belle dedans, même si c’était un peu trop pour ce boui-boui, surtout un vendredi après-midi. La coupe était flatteuse et le décolleté plongeant mettait ses seins de taille B à leur avantage. Et les talons aiguilles noirs de 8cm ajoutaient une hauteur considérable à sa silhouette, soulevaient ses fesses et galbaient ses jambes, sans compter qu’elle ne pouvait pas s’empêcher de balancer ses hanches quand elle marchait. Mais elle se démarquait dans cette foule d’hommes – et il n’y avait presque que des hommes. Il n’y avait que deux autres femmes dans le bar, et l’une d’entre elles était la barmaid. L’autre était assise dans la cabine du fond et bien qu’elle ne puisse pas voir ce que la femme portait exactement dans l’obscurité du bar, cela semblait assez ordinaire, peut-être même de la flanelle.

Vraiment ? Qui porte de la flanelle en public ?

Se sentant trop habillée et observée, elle a lissé sa robe en s’asseyant sur une chaise au milieu du bar comme on le lui avait demandé, accrochant ses talons au repose-pieds. Le siège en cuir était momentanément froid contre ses fesses nues – l’épouse sexy n’était définitivement pas habillée non plus, ne portant que la robe et les talons. Essayant de ne pas penser à qui ou quoi était la dernière fois sur ce siège, elle a senti le cuir se réchauffer à la chaleur de sa chatte. Elle a souri quand elle a réalisé que la personne qui s’assiérait ensuite sur ce siège serait assise sur ses jus. Elle espérait que la tache humide qui se formait sous elle ne serait pas trop visible quand elle se lèverait.

Le barman la regardait et, au sourire, il a haussé un sourcil comme s’il savait ce qui lui passait par la tête.

“Que puis-je te servir ?”

Ayant besoin d’un peu de courage liquide, elle a répondu “Tequila”.

Le barman a posé le shot devant elle, ainsi qu’une salière et une assiette de tranches de citron vert. “8€.”

Remettant sa carte, elle s’est léché la main, l’a salée, puis a léché le sel, a rejeté le shot et, grimaçant, a sucé le citron vert, tout son corps tendu par l’assaut de l’alcool. Lorsque la chaleur s’est répandue dans son corps et que la brûlure a diminué, son corps s’est détendu et elle a mis le citron vert dans le verre à shot vide. Elle a levé les yeux lorsque le barman est revenu, lui remettant sa carte et le bordereau à signer,

“Tiens, Stéphanie.”

Surprise que le barman connaisse son prénom, elle a rapidement levé les yeux, les questions claires dans ses yeux. Le barman était-il la personne qu’elle était censée rencontrer ? Elle pensait qu’il devait s’agir d’un homme, pas d’une femme. Ou bien d’autres personnes étaient au courant. Avait-il parlé à d’autres personnes de sa mission pour s’assurer qu’elle s’exécutait, même au barman ? Le barman allait-il faire un rapport si elle se dégonflait ou ne suivait pas ses instructions ?

En ce moment en webcam sexy

La question dans ses yeux a incité le barman à expliquer : “Le prénom est sur ta carte.”

“Oh,” dit Stéphanie avec soulagement. “Merci, une autre, s’il te plaît.” Stéphanie s’est tournée pour regarder qui était dans le bar et a remarqué que plusieurs hommes la regardaient avec un intérêt et une curiosité évidents dans les yeux. Ses grands yeux bruns ont rencontré les yeux bruns de l’un des hommes – il avait les cheveux bruns, était rasé de près, était bien habillé, peut-être même un peu trop habillé avec une cravate, avait à peu près son âge, elle a deviné, c’est-à-dire dans la quarantaine. Il a croisé son regard et l’a regardée de haut en bas. Elle a souri nerveusement et s’est retournée vers le bar. Elle pouvait le sentir marcher derrière elle. Elle a descendu son deuxième verre.

Elle a entendu un rire guttural profond derrière elle.

Elle s’est retournée rapidement, son rythme cardiaque s’accélérant car, selon ses instructions, elle ne pouvait pas dire “non”.

“Je peux t’offrir un verre ?”

“Oui, mais pas un autre shot, une tequila sur glace ?” a-t-elle dit avec juste une touche de tremblement dans la voix.

“Deux Silver Patron, sur glace”. Il a dit au barman. Se tournant vers Stéphanie, “Veux-tu te joindre à moi et mon ami à notre table ?”.

N’ayant pas le choix, Stéphanie a répondu “bien sûr”. Elle s’est tournée sur son tabouret pour descendre, sa robe remontant encore plus haut. Elle espérait vraiment que le siège ne montrerait pas à quel point elle était mouillée en prévision de ce qui allait se passer cet après-midi. En descendant du siège, sa jupe est tombée en place, mais pas avant qu’elle n’ait flashé sur le bar – ou c’est ce que Stéphanie craignait. Elle lui a souri nerveusement. “Et comment dois-je t’appeler ?”

“Je m’appelle Frank. C’est mon ami Brad”, indiquant avec son menton la cabine dans laquelle il était assis lorsqu’elle l’a vu pour la première fois. Stéphanie remarqua Brad pour la première fois. Il était habillé pour les affaires, avec une cravate et une chemise habillée, bien qu’il n’ait pas mis de veste. Deux hommes d’affaires apparemment sortis pour déjeuner et tout ce qu’ils pouvaient trouver.

“C’est un plaisir de te rencontrer”, a-t-elle dit alors qu’ils se dirigeaient vers le stand. “Je suppose que tu dois connaître Michael.”

“Je ne pense pas avoir eu le plaisir de le faire.”

“Mais comment as-tu su mon nom ?”

“J’ai entendu le barman t’appeler Stéphanie.”

“Oh.”

“Qui est Michael, quelqu’un que tu rencontres ici ?”

Se rappelant qu’elle ne devait rien faire ou dire qui puisse décourager un homme de l’approcher ou de lui faire des propositions, cela reviendrait à dire “non”, elle a réfléchi rapidement, “il m’a recommandé ce bar alors j’ai supposé… Bref, je suis ravie de te rencontrer, ainsi que Brad”, a-t-elle dit en souriant, en se tournant vers Brad, qui regardait le bas de sa robe avec curiosité. “Je l’ai bien flashé”, a-t-elle pensé.

Souriant à nouveau, elle s’est assise dans le stand et s’est glissée pour être à côté de Brad. Frank s’est glissé après elle, la prenant effectivement en sandwich entre eux.

Frank lui a tendu la boisson, sa main s’attardant sur la sienne. Elle a senti la main de Brad toucher sa jambe et commencer à caresser sa cuisse, tout doucement. Elle l’a regardé et il lui a rendu son regard avec la question non exprimée dans ses yeux. Tout ce qu’elle a pu faire, c’est sourire. Enhardi, il a continué à caresser sa cuisse, remontant vers le bord de sa robe, élargissant sa caresse pour atteindre l’intérieur de sa cuisse, puis poussant la robe toujours plus haut.

“Alors dis-moi Stéphanie, pourquoi es-tu ici aujourd’hui ?” dit Frank. Stéphanie a arraché son attention de Brad à Frank et lui a souri.

“Je suis juste sortie pour prendre un verre. Peut-être se faire de nouveaux amis.”

“Sympa. Trinquons aux amis”, a dit Frank en levant son verre pour porter un toast. Stéphanie a levé le sien et ils ont fait tinter les verres avant de prendre un verre. Stéphanie a regardé dans les yeux de Frank. Elle pouvait se perdre dans ces yeux, bruns, doux et intenses, comme s’il pouvait voir et comprendre plus qu’il ne le laissait paraître. Frank a rencontré son regard et a souri. Stéphanie a bu une autre gorgée de sa tequila, une goutte s’accrochant à sa lèvre. Frank a essuyé la goutte de sa lèvre, la suçant de son propre doigt. Le souffle de l’épouse sexy s’est arrêté et elle a presque gémi. “Brad et moi sommes très amis, n’est-ce pas Brad ?”

Stéphanie a réalisé qu’elle avait été tellement concentrée sur Frank qu’elle avait presque oublié Brad. Pendant qu’elle était distraite, Brad avait remonté sa jupe si haut que si elle se demandait si elle portait une culotte, il connaissait la réponse maintenant. Juste à ce moment-là, l’inconnu a effleuré la chatte de la femme mariée avec son petit doigt, le glissant entre les lèvres extérieures et dans l’humidité. Brad a levé son petit doigt, a remué sa boisson avec et l’a léché. “mmmm”, dit-il doucement, en ramenant sa main à l’apex de ses cuisses et en commençant à caresser sa chatte. Juste là, dans ce bar où tout le monde pouvait voir, sauf que personne ne pouvait voir à part Stéphanie, Frank et Brad car la table bloquait la vue. Elle a regardé la main de cet inconnu caresser sa chatte et réalisant qu’elle s’était regardée, elle a levé les yeux en sursaut. Frank lui souriait et s’est penché pour lui donner un baiser. Tenant l’arrière de sa tête avec sa main gauche et glissant sa main droite, encore froide d’avoir tenu sa boisson, vers sa chatte, Frank l’a embrassée profondément, plongeant sa langue dans sa bouche, caressant sa langue douce en rythme avec la caresse de sa chatte. Frank et Brad l’ont tous les deux caressée, l’un enfonçant ses doigts profondément dans sa chatte pendant que l’autre lui caressait le clitoris, puis alternant dans les deux sens.

Stéphanie était submergée par les sensations. Le baiser de Frank lui donnait le vertige, la force de sa main la retenant pour qu’elle soit complètement sous son contrôle, l’ancrant même lorsque la sensation de deux hommes doigtant sa chatte menaçait de faire jouir la femme mariée. Elle ne pouvait même pas penser et ne le voulait pas.

Frank a plongé sa langue dans sa bouche alors que deux doigts plongeaient dans sa chatte. Elle ne savait même pas de quelle main il s’agissait. C’était juste une sensation, une sensation pure, vive, passionnée et interdite.

La femme mariée sexy ne savait pas combien de temps cela durait quand elle a entendu quelqu’un s’éclaircir la gorge. Frank a alors rompu le baiser et lentement, Stéphanie a ouvert les yeux. Au début, elle ne voyait rien, pendant une seconde, elle n’a pas pu concentrer ses yeux. Mais quand sa vision s’est éclaircie, elle a pu voir que tout le bar les regardait. L’un des hommes s’était même levé pour pouvoir voir par-dessus la table, son érection étant visible. Stéphanie a regardé autour d’elle horrifiée, et pourtant sa chatte a jailli avec encore plus d’humidité. Brad a gloussé doucement pour lui-même lorsque son humidité a recouvert ses doigts. Frank a souri et a terminé sa boisson. La barmaid a fait signe de la tête vers la porte, voulant clairement qu’ils passent à autre chose.

Frank et Brad ont redressé ses vêtements, y compris le haut de sa robe. “Attends,” pensa-t-elle, “le haut ? Quand est-ce que ça avait… ?” Rougissant furieusement, Stéphanie s’est glissée hors de la cabine, incapable de regarder autre chose que le sol alors que Frank la conduisait hors du bar et dans le soleil de l’après-midi.

“Viens avec nous dans mon bureau”, a dit Frank.

Que devrait-elle faire ? Ses instructions étaient claires, elle ne pouvait dire non à aucune proposition, à moins qu’elle ne franchisse une limite stricte. Mais Michael ne saurait pas comment la trouver. Elle ne connaissait pas ces hommes, malgré le fait qu’elle savait quel goût avait le baiser de Frank, et qu’ils savaient tous les deux quelle odeur et quel goût avait son excitation. Mais ses instructions étaient claires, alors après un moment d’hésitation, la femme mariée soumise a levé les yeux au ciel et a dit “oui”.

Frank l’a regardée, a fait une pause un moment, et leurs yeux se sont à nouveau rencontrés. Il a froncé les sourcils, laissant tomber sa main. “Non, tu dois continuer à regarder en bas. Je te dirai quand lever les yeux.”

Reconnaissant la voix inimitable d’un dominant, Stéphanie a rapidement baissé les yeux, “oui, monsieur”.

Brad lui a pris la main et l’a emmenée, tous deux suivant Frank. Ils ont marché environ un demi-pâté de maisons et ont tourné dans un immeuble de bureaux de six étages. Le hall était presque entièrement en marbre, avec une grande réplique du Baiser de Rodin. Frank a continué à passer devant la statue sans même la remarquer et a passé le gardien jusqu’à la banque d’ascenseurs. Brad et Stéphanie ont suivi, entrant dans l’ascenseur juste derrière Frank qui a appuyé sur le bouton “6”. Lorsque les portes se sont fermées, Brad a lâché la main de Stéphanie et s’est emparé de ses cheveux, tirant sa tête en arrière et Frank l’a embrassée profondément, utilisant ses deux mains pour serrer ses seins juste avant le point de douleur. Lorsque l’ascenseur a ralenti, Frank a levé la tête, s’est détourné de Stéphanie et a fait face à la porte. Brad l’a alors embrassée, sa main glissant de ses cheveux pour tenir à nouveau sa main, terminant le bref baiser juste au moment où la porte s’ouvrait.

Suivant Frank, Brad a conduit Stéphanie par la main hors de l’ascenseur. Stéphanie a tout vu, des boiseries claires au tapis marron si épais que leurs pieds ne faisaient aucun bruit, en passant par les O’Keefes (originaux !) et les Monets (sûrement pas originaux) sur les murs, et quelques peintures d’un artiste qu’elle ne reconnaissait pas. Qu’est-ce qu’un homme avec de telles ressources faisait dans le boui-boui où ils se sont rencontrés ? s’est demandé Stéphanie. Stéphanie a remarqué que la réceptionniste était exceptionnellement jolie, grande, peut-être jusqu’à 1,80 m, blonde avec des yeux bleus saisissants et des lèvres pleines. Bien qu’elle soit habillée de façon conservatrice, rien ne pouvait cacher la silhouette d’une ancienne showgirl. Frank est passé devant, saluant la réceptionniste et continuant sans s’arrêter. En passant devant sa secrétaire, Frank a dit : “Mary, je serai en réunion et ne peux pas être dérangé.”

“Bien sûr, monsieur”, a répondu la secrétaire avec efficacité et pas une once de curiosité. Mary était aussi éblouissante et pourrait très bien avoir été une showgirl aussi. Y avait-il encore de vraies showgirls ? s’est demandé Stéphanie. Et Stéphanie s’est surprise à se demander ce que Frank faisait pour avoir un bureau aussi bien aménagé et un personnel aussi extraordinaire, ou du moins d’une apparence extraordinaire. Et puis elle s’est demandée pour la première fois de la journée, pourquoi Frank l’avait choisie.

Frank a indiqué qu’ils devaient entrer dans son bureau, alors Brad l’a conduite au centre de la pièce, entre le bureau et le canapé en cuir. Frank a fermé la porte derrière eux.

Stéphanie s’est retournée, rivée à ce que Frank pourrait dire ou faire ou lui dire de faire. Elle était tellement mouillée par ce qui s’était passé dans le bar et dans l’ascenseur et par l’anticipation de ce qui allait se passer ensuite. Sa chatte palpitait de besoin. Elle aurait aimé porter une culotte, ne serait-ce que pour que quelque chose puisse attraper l’humidité qui coulait maintenant à l’intérieur de ses cuisses.

Frank a souri : “Je crois qu’il est temps d’enlever la robe.” Stéphanie a regardé nerveusement la porte. Elle l’avait entendue claquer, mais était presque certaine qu’elle n’était pas verrouillée. Elle a regardé de la porte à Frank.

“C’est bon, Mary est trop bien entraînée pour s’interrompre pour quelque raison que ce soit. Et elle ne laissera personne passer. Oh, et ce bureau est insonorisé. Brad ? Frank a fait un signe de la main dans la direction de Stéphanie.

Brad s’est avancé vers Stéphanie et, avec une main sur chaque épaule, a poussé la robe des épaules de Stéphanie et la robe en tricot simple est tombée sur le sol, la laissant entièrement nue à l’exception de ses talons aiguilles. Brad et Frank ont ensuite fait le tour de Stéphanie, regardant chaque centimètre d’elle comme si elle leur appartenait, la touchant au hasard. Frank a caressé l’intérieur de sa cuisse, découvrant l’humidité qui s’y trouve, “impatient sommes-nous ?”.

Frank a caressé sa cuisse, ses fesses, son dos et son cou et a passé ses doigts dans ses cheveux, se refermant en un poing, tirant ses cheveux et prenant le contrôle sur elle. “A genoux”, a-t-il exigé, même en la tirant par les cheveux. Stéphanie s’est laissée tomber à genoux. Frank, tenant toujours ses cheveux, s’est retourné pour faire face à Stéphanie. Elle pouvait sentir son odeur musquée, remplissant ses sens. Son pantalon était visiblement tendu.

Les yeux de Stéphanie ont été attirés par l’érection de Frank, le besoin la remplissant. Elle voulait voir à quoi il ressemblait. Elle avait hâte de le goûter, de lui faire plaisir. D’enfouir son visage dans son entrejambe, sa bite au fond de sa gorge. Voyant qu’elle se concentrait sur son érection, Frank a demandé : “Tu veux ma bite ?”.

Stéphanie acquiesce.

“Tu dois demander la permission.”

Stéphanie a hésité. “Supplie-la”, a demandé Frank.

“S’il te plaît, laisse-moi voir ta queue. S’il te plaît. . . S’il te plaît, je veux voir ta bite, je veux la sucer”, a plaidé Stéphanie.

“Brad ?” dit Frank, regardant des mains de Stéphanie à Brad. Au signal de Frank, Brad a retiré sa cravate et a pris les mains de Stéphanie, les attachant derrière son dos. Pendant que Brad lui fixait les mains, Frank a défait sa ceinture et ouvert son pantalon, sortant sa queue dure comme le roc. Savoir que cette belle bouche humide était à deux doigts d’envelopper sa queue le faisait bander, le précum humidifiant déjà le bout.

Stéphanie a tendu sa langue vers lui avec empressement. En utilisant sa prise sur ses cheveux, Frank l’a guidée vers sa queue palpitante, peignant ses lèvres avec son précum, faisant scintiller ses lèvres. Stéphanie a léché le précum sur ses lèvres. “Mmmmmmm”, a-t-elle gémi.

“Je t’ai donné la permission de te lécher les lèvres ?” a demandé Frank.

Les yeux de Stéphanie se sont agrandis lorsqu’elle a réalisé son erreur. “Non monsieur”, a-t-elle dit, la voix tremblante. Frank l’a frappée au visage avec sa queue, étalant du précum sur ses joues.

“Si je te marque avec mon sperme ou même mon précum, tu le laisseras là où je l’ai mis jusqu’à ce que je te dise le contraire. Est-ce que tu comprends ?”

“Oui, monsieur”, a-t-elle répondu en gardant les yeux baissés. “Je suis désolé monsieur. Je peux me faire pardonner, monsieur ?”

“Ouvre ta bouche et tire la langue à plat”. Stéphanie a rapidement obtempéré et Frank a enfoncé sa queue dans sa bouche, utilisant sa prise sur ses cheveux pour la contrôler. Il a commencé à baiser son visage.

Pendant ce temps, Brad s’est mis à genoux derrière elle, a passé la main autour d’elle pour presser ses seins, tirant sur les tétons pour qu’ils ressortent bien, les tirant et les étirant, appréciant la façon dont les seins de Stéphanie étaient assez gros pour remplir ses mains mais assez petits pour qu’il puisse les presser et pincer les tétons en même temps.

Stéphanie a sucé la queue de Frank avec un plaisir visible, faisant courir sa langue le long de celle-ci lorsqu’il l’a retirée, ses joues étant aspirées. “Mmmmmmmm”, gémissait-elle, alternant avec des bâillements lorsque Frank poussait jusqu’à atteindre le fond de sa gorge. Alors qu’il était alternativement trop et pas assez, Stéphanie a lutté pour contrôler sa respiration afin de pouvoir le prendre entièrement sans s’étouffer et s’étrangler.

“C’est ça. Quelle bonne suceuse de bite tu es. Tu aimes ça ?”

“Mmmmmm.”

Brad a continué à presser l’un des seins de Stéphanie. Il a fait glisser son autre main de son sein, sur la hanche de Stéphanie et entre ses jambes, doigtant sa chatte.

“Elle est si mouillée !” dit Brad en serrant son sein en signe d’appréciation.

“Tu en as envie, n’est-ce pas ?” demande Frank.

Hochant la tête, Stéphanie a sucé la queue de Frank puis l’a relâchée avec un “pop”.

Frank a relâché ses cheveux tandis que Brad s’est levé, la soulevant par ses mains liées pour la mettre debout. “Penche-toi sur le canapé”, a ordonné Frank.

Stéphanie a regardé le canapé avec beaucoup d’attente. Il était juste à la bonne hauteur pour soulever légèrement son cul, et penchée sur le bras, elle serait à l’angle parfait pour prendre une bite profondément dans sa chatte ou son cul. Stéphanie a fait avec empressement les quelques pas jusqu’au canapé, regardant par-dessus son épaule les deux hommes qui la regardaient avec des yeux affamés. Elle s’est léchée les lèvres en se penchant lentement et délibérément sur le bras, “comme ça ?” a-t-elle demandé timidement.

“Huh,” grogna Frank. “Comme ça”, dit Frank, en regardant son cul avec appréciation. Les lèvres de son sexe luisant d’humidité, ses gauches écartées et son cul en l’air, Stéphanie était ouverte et prête et plus que tentante. Frank a caressé l’arrière de ses cuisses, a serré et tiré sur ses joues, révélant le bourgeon serré qui n’attendait que lui, mais il allait attendre. Frank a plutôt fait courir un doigt le long de son sexe, recueillant l’humidité pour la goûter. “mmmmmm, si doux”, a murmuré Frank, même lorsqu’il a ramené la main sur sa chatte, caressant les lèvres extérieures, taquinant Stéphanie. Puis, lentement, avec détermination, il a poussé un doigt dans sa chatte.

“Si prête pour moi. C’est ce que tu veux ?” demande Frank.

“Oui, oh oui s’il te plaît, encore”, supplie Stéphanie.

Frank a glissé un deuxième doigt dans sa chatte, en poussant profondément et en recourbant légèrement pour toucher le point G.

“Oh, oh oui”, gémit Stéphanie.

Pendant que Frank doigtait sa chatte, Stéphanie entendait Brad bouger et regardait pour voir Brad se déshabiller. Elle a lutté contre le plaisir dans sa chatte pour garder les yeux ouverts afin de regarder ce que Brad allait faire et a été récompensée lorsque Brad s’est approché du canapé. Elle s’est léchée les lèvres par anticipation et Brad a gloussé devant son impatience. Il s’est assis sur le canapé pour que la bouche de Stéphanie soit dirigée vers sa queue en érection. “Suce-la”, a-t-il dit.

Les yeux de Stéphanie se sont agrandis au commandement et un jet d’humidité a indiqué à Frank à quel point elle voulait ça, tout ça. Frank a pris sa main maintenant humide et lui a donné une fessée, en gloussant devant son empressement. Il s’est levé et a enlevé sa cravate. Il s’est penché sur le dos de Stéphanie, enfonçant sa queue dans la fente de son cul et lui a chuchoté à l’oreille : “Tu es prête à tout ?”.

“Oh oui”, a dit Stéphanie, et elle l’était. C’était son fantasme devenu réalité, deux hommes, des inconnus, rendus fous de désir pour elle, l’utilisant pour leur plaisir, le centre complet de leur attention, avec son rôle de juste sentir, apprécier et donner et recevoir du plaisir. Oh oui, Stéphanie était prête pour tout ce que ces deux-là avaient en tête.

Frank a pris sa cravate et l’a enveloppée sur ses yeux, lui bandant les yeux avec, les extrémités drapées sur son dos. Les yeux bandés, les mains liées, penchée sur le canapé, Stéphanie était complètement sous le contrôle de Frank et Brad. Brad a giflé Stéphanie avec un “smack”, plus de bruit que de douleur mais cela a fait sursauter Stéphanie. “Je t’ai dit de la sucer”, a grogné Brad. Stéphanie, se fiant uniquement à son instinct, à son odeur et à la mémoire de l’endroit où se trouvait Brad, a ouvert la bouche et s’est abaissée infailliblement pour prendre la bite de Brad. Sa bite était une tige d’acier recouverte de velours avec cette merveilleuse odeur musquée et salée d’un homme. Elle l’a sucé et léché, oubliant momentanément Frank. Mais la bite de Frank lui a vite rappelé qu’il a ouvert les lèvres de sa chatte avec la tête et a fait entrer sa bite lentement, très lentement. Stéphanie avait l’impression que la bite de Frank continuait à s’enfoncer, encore et encore, si lentement, si profondément, jusqu’à ce qu’il soit complètement installé en elle.

“Oh ouais, prends tout”, alors que Frank marquait une légère pause avant de se retirer, un peu plus vite que sa lente entrée en elle, puis délibérément, délicieusement, il a replongé sa bite au fond de sa chatte, encore et encore, il a plongé en elle, en prenant lentement de la vitesse. Bientôt, Brad répondait à Frank coup pour coup, prenant la tête de Stéphanie dans ses mains pour la contrôler, baisant son visage pendant que Frank baisait sa chatte. Frank a continué à augmenter la vitesse et l’intensité, prenant les mains attachées de Stéphanie et tirant sur elles pour obtenir un effet de levier supplémentaire, la baisant sans pitié.

La sensation est devenue écrasante et elle s’est perdue dans l’émerveillement et le rythme de tout cela. Son corps entier était un réceptacle de plaisir, la bonté salée de la queue et du précum de Brad, la poussée et l’intensité de la queue de Frank qui la baisait, entrant et sortant, la rapprochant toujours plus. Sa chatte a commencé à palpiter et à se contracter autour de la queue de Frank. Elle a joui fort et alors que le monde s’effaçait, que des lumières apparaissaient devant ses yeux et que son corps frémissait et tremblait dans la force de son orgasme, elle a essayé de garder son attention sur la bite de Brad mais elle a crié, perdant le contrôle et le contact avec la bite de Brad et il est venu sur son visage et sa poitrine. Elle n’était absolument pas consciente que la porte s’était ouverte et que des pas avaient traversé la pièce jusqu’à ce qu’un troisième homme se tienne à côté d’eux, les regardant baiser, la regardant jouir.

“Elle est vraiment une salope à queue. Putain, elle est venue si fort,” dit une nouvelle voix.

Stéphanie a levé la tête en signe de choc, réalisant juste qu’il y avait un public. Elle a commencé à paniquer et l’aurait fait si Frank n’avait jamais lâché prise. Il ne l’a jamais laissée se remettre complètement dans sa tête. Frank n’a jamais perdu son rythme ou son contrôle, tendant la main vers le bas et tirant sa tête en arrière par ses cheveux. “Reste avec moi, je n’ai pas encore fini”, grogne Frank en continuant à entrer et sortir, la baisant à fond. Presque immédiatement, Stéphanie s’est perdue dans la sensation, oubliant le public, oubliant Brad, dont le sperme dégoulinait encore sur son menton, oubliant tout sauf la sensation d’une grosse bite dure qui frappait juste au bon endroit, à la limite du trop et du beaucoup trop, puis au-delà de cette limite lorsque Frank a joui, poussant encore plus profondément, plus fort, au-delà du point de confort, au-delà du point G, et elle a joui à nouveau, vidant la bite de Frank de chaque goutte de sperme qu’il avait.

Alors qu’elle revenait sur terre et que Frank se pelotonnait sur son dos, sa respiration dure mais ralentie, Stéphanie s’est souvenue qu’il y avait quelqu’un d’autre dans la pièce. Quelqu’un qu’elle devrait connaître mais dans la désorientation de trop de stimulation et de plusieurs bites, elle ne pouvait pas le placer.

“A mon tour”, a dit la voix.

Stéphanie a senti l’air froid alors que Frank se levait, sa bite ramollie glissant de sa chatte dégoulinante, leurs fluides combinés dégoulinant sur ses cuisses. Une main rugueuse l’a repoussée vers le bas, la poussant dans le bras du canapé et Stéphanie a réalisé qu’à un moment donné, Brad s’était déplacé plus loin dans le canapé, là où il pouvait regarder mais pas intervenir. Elle a senti un corps bouger derrière elle et son cul est devenu encore plus froid lorsque quelque chose d’humide et de froid a dégoutté sur son bouton de rose froncé. “Il semble qu’il ne me reste qu’un seul endroit à essayer”, a dit la voix alors qu’un doigt jouait avec son cul, étalant le lubrifiant sur son bourgeon serré, glissant à l’intérieur pour l’assouplir et la préparer à ce qu’elle savait être une super baise de cul. Parce qu’elle a finalement reconnu la voix, “oui maître,” elle a dit à son mari, qui avait clairement organisé tout cela.

Michael a passé un pouce sur le sphincter serré, le lubrifiant, le relâchant, le préparant pour lui. Il a continué à frotter son bouton de rose serré, poussant et étalant le lubrifiant jusqu’à ce qu’il sente le moment où le sphincter se détendait, et il a poussé son pouce entier à l’intérieur, l’étirant, et elle a haleté.

“C’est ce que tu veux, n’est-ce pas ?” dit Michael.

“Oui”, gémit Stéphanie.

“Dis-le”, a demandé Michael. Mais Stéphanie a hésité. “Dis-le !”

“I . . . Je veux… ” a hésité Stéphanie.

“Oh non, ça ne va pas le faire. Dis-le, avoue quelle salope tu es”, a grogné Michael sur le ton qui indiquait à Stéphanie qu’il n’accepterait aucune demi-mesure. C’est cette voix qui a fait que son estomac s’est tendu et que ses jus ont coulé. Il n’y aurait aucune ambiguïté, aucune hésitation n’était permise. Elle devait avouer ce qu’elle voulait, ici avec des témoins, des témoins dont le sperme était encore en elle et sur elle, des témoins de son besoin. Michael a continué à jouer avec son cul, caressant son bourgeon, faisant pénétrer le lubrifiant profondément en elle, la préparant, mais toujours juste à côté de ce dont elle avait besoin, jamais plus d’un doigt, jamais plus d’un joint, juste assez pour la préparer, pas assez pour satisfaire son besoin. Elle savait qu’il attendrait, continuerait à la préparer mais ne lui procurerait pas le soulagement dont elle avait besoin, la libération dont elle avait besoin jusqu’à ce qu’elle avoue ce qu’elle voulait.

“Baise mon cul, s’il te plaît, baise mon cul”, a supplié Stéphanie.

En gloussant, Michael a poussé la tête de sa bite contre son bourgeon, promettant le plus dont elle avait besoin. Instantanément, son visage se détendit par anticipation. Frank rigola, “Mon Dieu, elle est impatiente.”

Mais Stéphanie était perdue dans la sensation, poussant son cul contre la tête de la bite de Michael, le voulant, le voulant. Et Michael l’a obligée en poussant au-delà de la tête, l’étirant, la remplissant. “Mon Dieu, tu es si serrée. Oh, yesss,” s’exclame Michael, se retirant seulement pour pousser à nouveau, un peu plus loin.

C’était presque trop. La sensation de brûlure qui la remplissait alors que son cul était écarté au-delà du point pour lequel elle était prête. Brûlante et douloureuse mais oh, tellement bonne, aussi. Chaque poussée plus profonde, chaque poussée de trop, brûlant et construisant la sensation à l’intérieur d’elle jusqu’à ce que son corps soit prêt et en veuille plus, en veuille plus fort et plus vite.

“Oui, oui, encore”, a-t-elle supplié. Michael a accédé à sa requête en enfonçant ses couilles dans son cul, la remplissant complètement. Les hanches de Michael ont pompé, poussant profondément à l’intérieur d’elle, ses couilles claquant contre sa chatte, frappant son clitoris.

SLAP ! Michael lui a donné une claque sur le cul, laissant l’empreinte de sa main et suscitant un sifflement et un gémissement de la part de Stéphanie. SLAP ! Une empreinte correspondante apparut sur l’autre fesse. Frank a regardé avec envie Michael baiser le cul de Stéphanie avec abandon, son cul devenant plus rose à chaque coup de la main de Michael et Frank est redevenu dur. En faisant le tour du canapé, Frank a attiré l’attention de Michael et lui a demandé silencieusement de se joindre à lui. Michael a simplement souri.

Frank s’est mis à côté de Stéphanie et, prenant sa tête dans ses mains, l’a guidée pour qu’elle suce à nouveau sa queue. Stéphanie ne savait pas quelle queue poussait contre ses lèvres. “Y a-t-il un quatrième gars ici ?” s’est-elle demandée, incapable d’imaginer que Frank ou Brad seraient prêts si vite. Elle a hésité et n’a pas ouvert pour la bite qui cherchait à entrer dans sa bouche, sa gorge.

“Suce-la”, a demandé Michael.

Stéphanie a ouvert sa bouche docilement et a commencé à sucer la bite devant elle mais elle avait du mal à se concentrer avec Michael qui lui baisait le cul et Frank a pris le contrôle, tenant sa tête par les cheveux et baisant son visage, atteignant sa gorge, aimant la chaleur et la douceur de sa bouche enroulée autour de sa bite. Stéphanie s’est concentrée pour ne pas s’étouffer et simplement profiter du fait que deux hommes la baisent de chaque côté.

“Je viens”, a grogné Michael en poussant si profondément que Stéphanie a haleté, ouvrant sa bouche et sa gorge pour que Frank puisse pousser jusqu’aux couilles, frappant sa gorge et envoyant un jet de sperme dans sa gorge. Stéphanie a perdu toute conscience des hommes et de son environnement, perdue dans une mer de chaleur, de sensations et d’obscurité.

La prochaine chose dont Stéphanie a eu conscience, c’est que quelqu’un lui déliait les mains et l’enveloppait dans une couverture tandis qu’une autre paire de mains lui frottait les épaules. Elle était sur les genoux de Michael – elle a reconnu son odeur. En enlevant le bandeau, elle a pu voir que ses pieds étaient drapés sur Brad et que derrière elle, Frank lui frottait les épaules.

“Wow”, c’est tout ce qu’elle a pu dire en posant sa tête sur l’épaule de Michael et en se détendant dans les mains de Frank. Lorsque Brad a commencé à lui faire courir les pieds, elle a gémi.

“Pas encore”, dit Frank en riant.

“Non,” dit Michael en riant, “le moyen le plus rapide de la faire gémir est de lui frotter les pieds. Mais à moins que je ne me trompe fortement, je pense qu’elle est finie pour l’instant.”

Souriant comme le chat du Cheshire, Stéphanie a répondu : “pour l’instant, mais je ne sais pas pour combien de temps”. Et les trois hommes se sont mis à rire.

Femmes coquines actuellement connectées en webcam :

© Copyright 2019 https://chope1salope.com/ - Tous droits réservés